La famille invisible. Illégitimité des naissances et construction des liens familiaux en Martinique (XVIIe siècle - début du XIXe siècle) - Université de Limoges Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue Annales de démographie historique Année : 2011

La famille invisible. Illégitimité des naissances et construction des liens familiaux en Martinique (XVIIe siècle - début du XIXe siècle)

Résumé

In the fragmented colonial society of the West Indies during the slavery period, building up a stable family required to get over many obstacles. The status differences, the lack of fluidity in the marriage market and the deep redefinition of the gender relations are interrelated phenomenon which question both the marriage as being the unique pattern of family organization and the structuration of family ties. If the official conjugal model remains the norm for white Creole women, it is not true neither for their husband nor for free coloured people and slaves. Therefore, the expansion of adultery and people living as husband and wife, which were denounced particularly by the religious authorities, lead to a high rate and continuous growth of illegitimate births. As a consequence, family ties gradually develop with no institutional control, hence no traces of them in the different sources but it also gives them an obvious flexibility, especially for the slaves.
Dans les sociétés coloniales fragmentées des Antilles de la période esclavagiste, les obstacles à la constitution de familles stables sont nombreux. Les différences de statut, le manque de fluidité du marché matrimonial, et la redéfinition profonde des rapports de genre sont autant de phénomènes articulés qui remettent en cause le mariage comme élément unique d'organisation de la famille et de structuration des relations de parenté. Si le modèle conjugal reconnu par les autorités reste la norme obligée pour les femmes blanches créoles, il n'en est pas de même pour leurs maris et pour les populations de couleur libre ou esclave. Aussi, l'essor du concubinage et des relations adultérines, dénoncé en particulier par les autorités religieuses, se concrétise par une illégitimité des naissances élevée et en croissance continue. Les liens familiaux se construisent ainsi en partie en dehors du contrôle institutionnel, ce qui leur confère une invisibilité dans les sources, mais aussi une souplesse certaine, particulièrement chez les esclaves.
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-00753581 , version 1 (19-11-2012)

Identifiants

Citer

Vincent Cousseau. La famille invisible. Illégitimité des naissances et construction des liens familiaux en Martinique (XVIIe siècle - début du XIXe siècle). Annales de démographie historique, 2011, 2, pp.44-67. ⟨10.3917/adh.122.0041⟩. ⟨hal-00753581⟩
163 Consultations
0 Téléchargements

Altmetric

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More