" Mythe et histoire dans La Pucelle d'Orléans de Schiller " - Université de Limoges Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue Théâtres du Monde Année : 2008

" Mythe et histoire dans La Pucelle d'Orléans de Schiller "

Aline Le Berre
  • Fonction : Auteur
  • PersonId : 933424

Résumé

Ecrivain polyvalent, Schiller a non seulement conçu des drames, mais il a aussi rédigé des écrits philosophiques et historiques. Son Histoire de la guerre de Trente Ans est unanimement reconnue. Il est donc intéressant d'étudier en quoi ce double statut de dramaturge et d'historien influe sur la composition de ses pièces. Dans La Pucelle d'Orléans, il s'appuie sur une matière historique riche. Pourtant, on s'aperçoit qu'il établit une barrière étanche entre son activité d'historien et celle de dramaturge. En tant qu'homme de théâtre, il ne se sent tenu à aucune fidélité par rapport à la vérité historique, mais s'octroie une grande marge de liberté. Son objectif n'est pas de retracer l'itinéraire de la vraie Jeanne. A ses yeux, le théâtre doit obéir à sa logique propre qui est celle de l'efficacité scénique et de l'éducation du public. Il lui faut donc concentrer, élaguer les données brutes. Mais il va même plus loin, en les falsifiant complètement. Il se livre à une refonte totale du destin de Jeanne, supprimant le procès et le bûcher, introduisant une histoire d'amour avec un soldat anglais Lionel. La pièce se termine par la mort de l'héroïne, les armes à la main. L'histoire ne lui fournit qu'un simple point de départ, un prétexte. Il " revisite " le personnage de Jeanne, à la lumière de ses propres fantasmes et préjugés concernant la femme. Il en fait une guerrière surdimentionnelle, une walkyrie invincible, tant qu'elle n'a pas été touchée par l'amour. Mais dès qu'elle en fait l'expérience, elle perd son invulnérabilité et redescend au niveau de ses congénères, en se montrant faible et passive. A la fin du drame cependant, elle accomplit une catharsis et surmonte sa passion coupable, ce qui lui permet de sauver l'armée française. Schiller ne veut pas faire oeuvre de chroniqueur, mais délivrer un message moral en évoquant un parcours exemplaire. Il réinterprète donc la figure historique qu'il a choisie, à la lumière de ses conceptions. Ce qui l'intéresse, c'est de montrer un parcours vers le sublime, la purification des passions, avec la mort comme couronnement et apothéose.

Domaines

Littératures
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-00760385 , version 1 (03-12-2012)

Identifiants

  • HAL Id : hal-00760385 , version 1

Citer

Aline Le Berre. " Mythe et histoire dans La Pucelle d'Orléans de Schiller " : Histoire et théâtre. Théâtres du Monde, 2008, 18, pp.89-99. ⟨hal-00760385⟩
258 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More