Modèles géographiques pour l’étude de l’incidence de la sclérose latérale amyotrophique (SLA) et de ses interactions spatiales avec les expositions environnementales collectives de quelques facteurs environnementaux d’intérêts étiologiques, Limousin, France - Université de Limoges Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2011

Modèles géographiques pour l’étude de l’incidence de la sclérose latérale amyotrophique (SLA) et de ses interactions spatiales avec les expositions environnementales collectives de quelques facteurs environnementaux d’intérêts étiologiques, Limousin, France

Résumé

Introduction.– Notre approche écologique (multifactorielle) coordonnée au moyen d’un système d’information géographique (SIG) a permis la conception de modèles géostatistiques visant deux objectifs : étudier la variabilité spatiale de l’incidence de la SLA, et superposer la cartographie de ces résultats (espaces de sur- comme de sous-incidence) avec une matrice spatiale des expositions environnementales collectives d’intérêts étiologiques. Méthodes.– L’étude de la variabilité spatiale, après le calcul du ratio standardisé d’incidence (SIR), s’appuie sur trois méthodes : la statistique de Kulldorf, l’auto-corrélation spatiale et l’épicentre géographique. La cartographie des sources d’exposition environnementale potentiellement pathogènes permet ensuite de recalculer le SIR dans les espaces spécifiquement exposés/non exposés. Le premier modèle spatial (GEO_US) recourt à une agrégation des données selon différentes unités géographiques, tandis que le second (GEO_CAS) considère la distance entre chaque lieu de résidence des cas incidents et la source d’exposition considérée. Résultats.– De janvier 1997 à juillet 2007, 177 cas incidents ont été considérés éligibles dans la région Limousin. Trois agrégats spatiaux surincidents (intercommunaux) sont identifiés : (a) 8 communes, SIR = 3,93 [1,88–7,22] ; (b) 12 communes, SIR = 3,91 [1,79-7,43] ; (c) 2 communes, SIR = 4,84 [1,77–10,54]. Parmi les 50 variables de notre matrice d’exposition environnementale, nous présentons les principales relations géostatistiquement significatives (comme, par exemple, les industries de fabrication de pâte à papier (SIR = 1,28 [1,01–1,60]), les stations d’épuration (SIR = 1,25 [1,01–1,54]), etc. Les agrégats spatiaux mettent en évidence l’omniprésence des stations d’épuration, et plus particulièrement celles fonctionnant selon une technique de décantation. Perspectives.– L’approche environnementale ne signale qu’une superposition spatiale significative sans démontrer de lien de causalité. Cependant, nos principaux résultats sont en cohérence avec les hypothèses bibliographiques (cyanobactéries et neurotoxine BMAA, notamment). Les perspectives, outre les investigations des agrégats spatiaux à très haute résolution spatiale, visent à transposer ces apports méthodologiques dans neuf départements de la France méridionale grâce à un réseau de recherche Inserm impliquant également les équipes spécialisées des CHU de Montpellier et de Grenoble.
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-01082484 , version 1 (13-11-2014)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01082484 , version 1

Citer

Farid Boumédiène, Benoît Marin, V. Bonneterre, William Camu, Philippe Couratier, et al.. Modèles géographiques pour l’étude de l’incidence de la sclérose latérale amyotrophique (SLA) et de ses interactions spatiales avec les expositions environnementales collectives de quelques facteurs environnementaux d’intérêts étiologiques, Limousin, France. Congrés "Epidémiologie Clinique", May 2011, Marseille, France. pp.S10-S11. ⟨hal-01082484⟩
162 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More