« Le croquis ou l’art de penser par l’image » - Université de Limoges Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue Signata - Annales des sémiotiques Année : 2019

« Le croquis ou l’art de penser par l’image »

Audrey Moutat

Résumé

Aristotle said that “the soul does not think without an image”; the image is a mediator between the physical world and thought. If we look at the Greek word theoria, we note that it is thought that stems from the contemplation of images. So thought and image have close links to each other. In this article, we consider these links by studying sketches made by designers during strategic thinking and demonstration as part of their preparatory work. As a medium for thought, the sketch is based not on a mimetic relation to the object but on a structural and mereological relation that leads to this twofold question: does the picture reflect the intersubjective relationship that the subject has with the object of knowledge or with the knowledge itself? The efficiency of the practice of knowledge is essentially based on the demonstration that constitutes the plane of immanence. Indeed, outside of this situation of enunciation, the explicative functions of the sketch can be ineffective. In this way, the image involves a specific perceptive relationship between a knowing subject and an object of knowledge in a communicational and participative way. What there is to be learnt is not what the image shows but what it gives us to experiment with. If the image is an object of knowledge, this is because it allows the enunciator to show that he/she is showing. In this article we identify the status of the image both in the semiosical process and in the genesis of knowledge. We first set the semiosical center of gravity of the sketch, which is not in its horizon (Bordron) but in the effectuation of its expression plan (between writing-image and image-event), and then show how the sketch calls up the current and previous experiments and perceptions in a “constellation” trend (Benjamin) and involves a diagrammatic adjustment (Peirce) between the object of knowledge and its (re)presentation mode.
Selon Aristote, « l’âme ne pense pas sans image » ; l’image est une instance médiatrice entre le monde sensible et l’esprit. D’ailleurs, si l’on se tourne vers le grec theoria, on constate que c’est notamment la pensée qui émerge de la contemplation des images. Ainsi pensée et image entretiennent-elles des liens très étroits. C’est dans cette perspective que nous proposons d’ouvrir notre réflexion, à travers une étude de croquis réalisés en pratique de réflexion et de démonstration, lors du travail préparatoire de designers. Support d’élaboration de la pensée, le croquis ne se fonde pas sur un rapport mimétique à l’objet mais sur un rapport structurel et méréologique qui invite à la double question suivante : l’image figure-t-elle le rapport intersubjectif que le sujet entretient avec l’objet de la connaissance ou bien la connaissance elle-même ? En outre, l’efficience de l’exercice de la connaissance repose essentiellement sur la scène pratique de la démonstration qui en constitue son plan d’immanence. En effet, en dehors de cette situation d’énonciation, les fonctions explicatives du croquis peuvent s’avérer inopérantes. Ainsi, l’image implique un rapport perceptif spécifique, celui d’un sujet connaissant à un objet de connaissance dans une perspective communicationnelle et participative. Ce qui est à comprendre n’est pas ce que représente l’image mais ce qu’elle donne à expérimenter. Et c’est précisément ce moment où le démonstrateur montre qu’il est en train de montrer qui fait de l’image un objet de connaissance. Nous tâcherons notamment de définir le statut de l’image dans le processus sémiosique d’une part, dans la genèse d’une connaissance d’autre part. Il s’agira en effet (i) de situer le centre de gravité sémiosique du croquis, qui ne se trouve pas dans son horizon (Bordron) mais dans l’effectuation de son plan d’expression (entre image-écriture et image-événement) ; (ii) de montrer comment le croquis convoque les expériences et perceptions actuelles et antérieures dans un mouvement de « constellation » (Benjamin) et opère un réglage diagrammatique (Peirce) entre l’objet de connaissance et son mode de (re)présentation.

Dates et versions

hal-02271109 , version 1 (26-08-2019)

Identifiants

Citer

Audrey Moutat. « Le croquis ou l’art de penser par l’image ». Signata - Annales des sémiotiques, 2019, Image et connaissance, 10, ⟨10.4000/signata.2310⟩. ⟨hal-02271109⟩
51 Consultations
0 Téléchargements

Altmetric

Partager

Gmail Facebook X LinkedIn More