Les apprenants de Français Langue Étrangère et leurs usages - Université de Limoges Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2018

Les apprenants de Français Langue Étrangère et leurs usages

Résumé

In linguistics, transgression is often associated with the notions of norm(s) and language variations. In this artcile, we will look at these questions in the context of France. Firstly, we will refer to the past history of French language institutionnalisation from the 16th century to our time and we will see how it led to normative and prescriptive perceptions in the mind of native speakers. As consequences, we will see that mistakes are often seen negatively in the French educational culture and can even be sources of discrimination. However, such a consideration doesn’t seem to suit the process of learning a foreign laguage of which mistakes are a constituent part (Cuq & Gruca, 2005, p. 389). Teaching French as a foreign language in this context is not an easy task since teachers are prisonned between two paradigms : on one hand, mistakes have always been prosecuted and seen negatively in their educationnal culture, on the other these are relevant clues to be observed in teaching in order to see how learners progress. This article aims at pointing out this paradoxe. In so doing we will firstly refer to the historical origins of such a consideration of mistakes, before encouraging anyone: native speakers, teachers or teachers-to-be to conceive mistakes as a sign of progression rather than transgression.
En linguistique, transgression rime avec norme(s) et variations. Dans le cadre de cet article, nous nous intéresserons à la question de la norme, de l’usage et des erreurs dans le contexte hexagonal. Il sera question dans un premier temps de revenir sur l’institutionnalisation de la langue française depuis le XVIème siècle jusqu’à nos jours et d’observer en quoi cette dernière a amené à des représentations sociolinguistiques très grammairiennes et normatives chez ses locuteurs. Les conséquences qui en découlent sur la culture éducative française ont progressivement amené à ce que l’erreur soit perçue de manière négative voire stigmatisée. Or cela ne semble pas être compatible avec le processus d’apprentissage d’une langue étrangère dont l’erreur serait constitutive (Cuq & Gruca, p. 389). L’enseignement-apprentissage du Français Langue Étrangère dans un tel contexte n’est pas aisé et l’enseignant se retrouve au cœur d’une tension entre deux paradigmes : d’un côté, l’erreur telle qu’il l’a connue dans sa propre culture éducative a toujours été sanctionnée et est synonyme d’échec, de l’autre celle-ci est non seulement constitutive du processus d’apprentissage mais elle est un indice concret de la progression des apprenants. Cet article entend souligner ce paradoxe en retraçant dans un premier temps les origines historiques d’une telle perception de l’erreur, puis en invitant chacun – locuteurs, enseignants ou futurs didacticiens – à (re)penser l’erreur comme un indice de progression et non de transgression.
Fichier principal
Vignette du fichier
Antonin BRUNET.pdf (291.34 Ko) Télécharger le fichier
Origine Fichiers produits par l'(les) auteur(s)
Loading...

Dates et versions

hal-02419547 , version 1 (19-12-2019)

Identifiants

  • HAL Id : hal-02419547 , version 1

Citer

Antonin Brunet. Les apprenants de Français Langue Étrangère et leurs usages : Transgression ou progression ?. Journées thématiques de l'École doctorale Sciences du Langage, Psychologie, Cognition, Éducation : "La Transgression", École doctorale Sciences du Langage, Psychologie, Cognition, Éducation, Jun 2018, Limoges, France. ⟨hal-02419547⟩
106 Consultations
544 Téléchargements

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More