Accidents Vasculaires Cérébraux chez l'Africain, à propos de 142 observations - Université de Limoges Accéder directement au contenu
Thèse Année : 1961

African cerebral vascular accidents, about 142 sightings

Accidents Vasculaires Cérébraux chez l'Africain, à propos de 142 observations

Michel Dumas
  • Fonction : Auteur
  • PersonId : 850269

Résumé

The cerebrovascular pathology in white is already well studied and every day better known. This problem "since the beginning of the anatomo-clinical era has not been the subject of careful research which has left little unexplored point. The imposing set of classic works crowned by the masterful work of Charles FOIX makes advance hesitating one who would try to direct his steps on such broken things, said CASTA IGNE in 1957. On the other hand, the cerebrovascular pathology of the African was still poorly understood until recent years. In Black Africa, in fact, the problem is still almost complete, and this for various reasons: It was urgent to study other diseases of obvious social importance. The Pasteurian culture of physicians directed them towards the study of parasitic and infectious diseases. This orientation was, moreover, justified by the importance of these diseases. - Doctors had a spectator attitude towards the cerebral stroke and its complications, an attitude that was justified by the technical difficulties of exploration and the precariousness of the therapeutic means. - Many acute accidents escaped medical observation, either, because the patients died quickly, either, because they consulted after the failure of a local therapy.
La pathologie vasculaire cérébrale chez le blanc est déjà bien étudiée et chaque jour mieux connue. Ce problème "depuis le début de l'ère anatomo-clinique n'a-t-il pas fait l'objet de recherches minutieuses qui n'ont guère laissé de points inexplorés. L'ensemble imposant des travaux classiques couronnés par l'œuvre magistrale de Charles FOIX fait d1avance hésiter celui qui tenterait de diriger ses pas sur de pareilles brisées, disait CASTA IGNE en 1957. Par contre, la pathologie vasculaire cérébrale de l'africain était encore très mal connue jusqu'à ces dernières années. En Afrique Noire, en effet, le problème reste encore presque entier, et ceci pour différentes raisons : ~, C'était une urgence que d'étudier d'autres maladies d'importance sociale évidente. La culture Pasteurienne des médecins les orientait vers l'étude des maladies parasitaires et infectieuses. Cette orientation était, du reste justifiée par l'importance de ces maladies. - Les médecins avaient une attitude de spectateur vis-à-vis de l'ictus cérébral et de ses complications, attitude qui se justifiait devant les difficultés techniques d'exploration et devant la précarité des moyens thérapeutiques. - Beaucoup d'accidents aigus échappaient à l'observation médicale, soit, parce que les malades mouraient rapidement, soit, parce qu'ils consultaient après l'échec d'une thérapeutique locale.
Fichier principal
Vignette du fichier
DUMAS Michel.pdf (13.48 Mo) Télécharger le fichier
Origine : Fichiers produits par l'(les) auteur(s)
Loading...

Dates et versions

tel-02316075 , version 1 (15-10-2019)

Identifiants

  • HAL Id : tel-02316075 , version 1

Citer

Michel Dumas. Accidents Vasculaires Cérébraux chez l'Africain, à propos de 142 observations. Santé publique et épidémiologie. UNIVERSITE DE DAKAR, Faculté Mixte de Médecine et de Pharmacie, 1961. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-02316075⟩
64 Consultations
250 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook X LinkedIn More